Alpha Ibrahima BAH, France

 

Alpha Ibrahima Bah

27 mars 15:44

Bonjour chers postulants,

 

Je suis étudiant guinéen résidant en France précisément au Havre. Je me nomme Bah Alpha Ibrahima. Avant de vous parler de mes impressions en France, je tiens à souhaiter bonne chance à tous les postulants parce que je n'aimerais pas revivre ce sentiment mêlé de confusion qui précède la délivrance du passeport par l'ambassade de France en Guinée. Je veux également passer par M. Gilles pour remercier toute l'équipe de CampusFrance pour la chance qu'ils accordent chaque année aux étudiants jugés aptes à poursuivre les études en France, parce que, laissez moi vous dire : c'est vraiment une chance pour ceux qui veulent aller loin.

 

Moi, quelquefois pour me motiver, j'assimile cela à une coupe du monde de football. C'est marrant mais pourtant d'un autre angle ça l'est car c'est toutes les nationalités qui sont là, chacun venant chercher le savoir. Sur le relevé de notes de chacun il est mentionné son pays d'origine et ce qui élève encore plus le niveau de la compétition, c'est que l'avenir des futurs arrivants dépend de vous parce que si vous échouez on dira que c'est un Guinéen. Et c’est mauvais pour vos demandes d’admission à vous !  Vous voyez un peu le lien de causalité ?


Avant de venir, un jour je me rappelle lors d'une conférence organisée par CampusFrance. M. Gilles nous avait dit qu'on est nombreux à vouloir venir mais nous serons peu à pouvoir réussir. C'est le triste constat malheureusement, faut pas se voiler les yeux c'est vrai. J'ai constaté la même chose. Je vais essayer d'être bref parce qu'il ya tellement de chose à dire.


Ici toutes les opportunités vous sont offertes pour réussir : bibliothèques, ordinateurs (la fac peut même vous prêter des ordinateurs s'il le faut) mais le seul conseil que je puisse vous donner est de vous dire de venir avec de l'argent. C'est l'un des facteurs de l'échec ici. Ne vous laissez pas berner par ceux qui vous disent que vous allez travailler. C'est bien vrai, vous en aurez la possibilité mais pour un début, venir sans argent c'est le regret.

Enfin, pour finir, je vais vous raconter une expérience drôle que j'ai vécue ici : quand suis arrivé je suis allé dans un Photomaton pour me faire photographier. C'est une sorte de cabine et là, comme en Guinée je n'en avais jamais vu, je m'y suis installé et comme par hasard il y avait quelqu'un qui balayait, j'ai interpellé le monsieur en lui disant que j'étais assis depuis un quart d'heure et que je ne voyais pas de photographe. Il est venu, a mis mon billet de 5 euros dans la machine et tac, elle m'a photographié. Si cela ne vous parait pas drôle c'est que vous l'avez mal lu.