Après ma maitrise en droit public, j’arrive en France pour un master  1 en droit
Siddy

Originaire de la République de Guinée, mon parcours depuis mon arrivé en France présente une série d’expériences que je me fais le plaisir de partager avec les étudiants étrangers désireux de poursuivre leurs études en France.

Une fois ma maîtrise obtenu, je souhaitais partir à l’étranger pour continuer mes études de droit car les Universités guinéennes n’assuraient pas la formation postuniversitaire.

Comme pour beaucoup de jeunes africains, la France était pour moi le pays de destination le mieux indiqué pour les études. Et cela pour plusieurs raisons. Cette ambition suscitait toute sorte d’espoir et de curiosité.

Malgré le déroulement normal de mon projet d’études, les premiers pas sur le sol français n’ont pas été faciles. Je découvre le froid dans un environnement social tout autre.

Après les démarches administratives auprès de diverses autorités administratives, je commence les cours début septembre dans le froid. Je sortais tôt le matin pour rentrer le soir. De la journée, point de soleil. J’étais un peu perdu.

Mais toutes les conditions étaient remplies pour bien étudier. Les salles équipées avec des bibliothèques modernes. Je passais toute la journée à la fac. Je ne pouvais pas penser au travail salarié.

Heureusement, j’avais ma prise en charge financière qui me permettait de vivre sans me soucier trop pour le reste.

A la fin de la première année, j’ai cherché un job d’été. Ce qui m’a permis de me sentir mieux financièrement en attendant ma prise en charge de la deuxième année. Car, il y a une législation stricte concernant le droit au travail. Les étudiants ne sont autorisés à travailler que de façon accessoire.

J’ai constaté autour de moi la situation de plusieurs étudiants  étrangers,  lorsqu’ils n’ont pas de ressources, ils sont obligés de mener de front des études et le travail sans pour autant faire autrement pour payer leur chambre, s’habiller, se déplacer, se nourrir  etc. Cela peut être difficile pour réussir son année.

Dans la vie pratique, la France est un pays où la culture est présente partout, où on fait la connaissance de personnes d’horizons différents, de cuisine nouvelle et de qualité. Je devais donc, me familiariser avec tout cela pour vivre en harmonie avec la société française.

La famille et les repas africains me manquaient de temps en temps mais heureusement, j’ai trouvé de la famille, et des amis en France.